Connect with us

Derrière Chaque

L’ostéopathie : Qu’est-ce que c’est ?

SANTÉ

L’ostéopathie : Qu’est-ce que c’est ?

L’ostéopathie : c’est quoi ?

 

L’ostéopathie est une approche thérapeutique non conventionnelle et à l’efficacité non établie, qui repose sur l’idée que des manipulations manuelles du système musculo-squelettique et des techniques de relâchement myofascial permettent d’apporter un soulagement dans le domaine du trouble fonctionnel.

Cette technique est apparue au XIXe siècle aux Etats-Unis. Son fondateur, le Dr Andrew Taylor Still, partait du principe que le bien-être du corps humain est lié au bon fonctionnement de son appareil locomoteur (squelette, articulations, muscles, tendons, nerfs). En effet, toutes les parties du corps étant reliées entre elles par l’intermédiaire des tissus organiques qui le composent, le corps constitue une unité fonctionnelle indissociable. Dès qu’une structure du corps présente une perturbation dans son fonctionnement, cela retentit sur le fonctionnement de structures situées à distance par le biais de ces corrélations tissulaires.

 L’ostéopathie est une pratique exclusivement manuelle qui lève en particulier les blocages articulaires du corps pour lui permettre de mieux fonctionner. Elle agit à distance à partir du système musculo-squelettique sur les principaux organes du corps humain en utilisant des techniques de pression, d’élongation ou de torsion.

Les meilleurs résultats sont obtenus sur les problèmes dits « fonctionnels », c’est-à-dire les douleurs dont on ne trouve pas la cause, mais qui gênent parfois depuis très longtemps la vie quotidienne : douleurs vertébrales, costales et articulaires, tendinites, douleurs et traumatismes musculaires, maux de tête, migraines et vertiges… L’ostéopathie en traitement L’ostéopathie est d’abord reconnue pour sa capacité à soulager les affections et les troubles du système musculosquelettique, dont le mal de dos prend une large partie.

Selon une recherche menée auprès de 3 000 ostéopathes américains, plus de la moitié de leurs traitements y sont reliés. Il s’agit à la fois de problèmes aigus comme les entorses, les blessures sportives ; ou chroniques comme les hernies discales, les lombalgies, les douleurs articulaires, les douleurs périnatales, les scolioses et les tendinites.

La fasciste plantaire, l’épine de Lenoir, les troubles musculosquelettiques (TMS) causés par les postures de travail (travail prolongé à l’ordinateur par exemple), et le syndrome du canal carpien sont également traités par les ostéopathes. Selon les praticiens, l’approche serait aussi en mesure d’intervenir sur plusieurs autres systèmes, ce qui lui permettrait également de soulager ou de soigner les affections suivantes :

Les troubles circulatoires des membres inférieurs, les hémorroïdes, la congestion veineuse, les palpitations, etc. Les flatulences, la constipation, l’acidité gastrique, les troubles hépatobiliaires, etc. Les douleurs et dysfonctions gynécologiques, les cystites, la stérilité fonctionnelle, l’énurésie, etc. L’asthme, les otites moyennes (une manipulation permettrait de drainer l’oreille moyenne), les rhinites, les sinusites, les vertiges, les migraines, les bourdonnements, etc. -Accompagnement d’états dépressifs, le stress, l’anxiété, certains troubles du sommeil, etc. L’ostéopathie pour les torticolis et le syndrome de la tête plate Relativement fréquent, le torticolis du nouveau-né est « une contracture réflexe entraînant une rotation, extension et rétroflexion de la tête », explique le spécialiste. Deux situations peuvent en être à l’origine d’un torticolis : le passage lors de l’accouchement, qui entraîne un micro-déplacement entre les condyles (surfaces articulaires) de l’occiput et les premières vertèbres, la déformation asymétrique occipito-pariétale liée à la manière de coucher les bébés sur le dos, conformément aux recommandations officielles.

Les manipulations doivent être douces, car la moelle épinière et les artères du cerveau sont très proches à cet âge. Le praticien prend ensuite en charge les sutures du crâne, souvent en situation de chevauchement, et s’applique à détendre les tissus. Si votre enfant présente des difficultés à tourner la tête d’un côté à cause d’un blocage, voici quelques petits conseils pour l’inciter, malgré tout, à corriger cette mauvaise posture : Stimulez le côté le moins utilisé (stimulation sonore, visuelle) ; Utilisez un tapis d’éveil pour lui apprendre à relever la tête ; Donnez le biberon du côté opposé au blocage ; Veillez à bien attacher et bien caler votre bébé dans son transat, pour éviter d’aggraver l’extension ; Pensez à maintenir sa tête lorsque vous le sortez de son lit…

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in SANTÉ

A propos

Le seul média francophone qui rapporte l’info, toute info fausse d’Actu, Culture, Femme, Santé, Lifestyle, Société…

L’actualité en continu reprenant le fil quotidien des articles publiés sur Derrierechaque.

Derrière chaque Info, une fausse source

Tous les articles relatés ici sont faux (jusqu’à preuve du contraire) et rédigés dans un but humoristique. L’utilisation de noms de personnalités  ou d’entreprises est ici à but purement satirique.

All items here are recounted fake (until proven otherwise) and written in a humorous purpose. The use of names of persons or companies is purely satirical here.

DERRIERECHAQUE

To Top