La maladie du sommeil . Qu’est-ce que c’est ?

0
358

La maladie du sommeil . Qu’est-ce que c’est ?

    Ce que l’on appelle communément la maladie du sommeil désigne la Trypanosomiase humaine africaine. Comme le paludisme, il s’agit d’une maladie tropicale, et plus précisément d’une parasitose transmise par les mouches tsé-tsé, qui sévit exclusivement sur le continent africain.
  En l’absence de traitement, les parasites injectés dans l’organisme par une mouche tsé-tsé infectée envahissent le système nerveux central, causant des troubles du sommeil et du comportement et entraînant la mort par méningo-encéphalite.
Les symptômes: On distingue deux phases dans l’évolution de la maladie et de ses symptômes : Durant la première phase, la personne souffre de fièvre et des maux de tête, de fatigue et d’irritabilité, de douleurs musculaires et articulaires et d’une inflammation des ganglions lymphatiques.
 En l’absence de diagnostic et de traitement, le parasite envahit le système nerveux central. Des troubles du sommeil et de la personnalité apparaissent et le malade peut éprouver des difficultés à parler et à se déplacer. Une méningo-encéphalite (inflammation des méninges et de l’encéphale) mène à la perte de conscience, au coma et à la mort. Les symptômes peuvent apparaître parfois plusieurs mois ou même plusieurs années après l’infection. Si la maladie n’est pas traitée, elle entraîne la mort en quelques mois voire quelques semaines.
Prévention et traitement: Les programmes de santé publique consistent à combattre la présence de la mouche tsé-tsé et à étendre les possibilités de dépistage aux populations difficiles d’accès. Les chances de guérison sont d’autant plus élevées que le diagnostic est précoce et la première phase de la maladie est relativement simple à traiter (au moyen de Pentamidine, et de Suramine). En revanche, les traitements sont beaucoup plus compliqués, aléatoires et coûteux une fois que le système nerveux central est touché. On a recours à un dérivé d’arsenic (le Mélarsoprol) qui entraîne 5 % de décès par encéphalopathie. D’autres traitements récemment développés (combinant Eflornithine et Nifurtimox) se révèlent efficaces mais complexes.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici