Voyage à travers l’histoire : qui a inventé les lunettes de vue ? 

0
1637

Voyage à travers l’histoire : Mais qui a inventé les lunettes de vue ?

L’invention des lunettes se situe au Moyen Âge mais il est difficile de la dater précisément. De même, l’inventeur n’est pas clairement identifié.Et pourtant, les problèmes de vision évoqués par Aristote dans son livre Problemata, et le pouvoir rétractif de certaines pierres transparentes, étaient connus bien avant.

Dès le ier siècle, le philosophe Sénèque constate qu’un objet observé à travers un ballon de verre rempli d’eau apparaît plus gros. À la même époque, Pline l’Ancien décrit l’utilisation d’une émeraude par l’empereur Néron pour suivre les combats de gladiateurs ; il est possible que ce soit là une lentille optique pour corriger la myopie.

Le Moyen Âge voit se développer, dans les monastères en particulier, l’usage de la pierre de lecture, loupe grossissante posée sur le texte écrit, destinée à combattre les effets de la presbytie. Leur invention est parfois attribuée à Abbas Ibn Firnas, berbère andalou du ixe siècle, connu pour avoir mis au point la technique de taille du cristal de roche. Les travaux d’Alhazen, fondateur de l’optique physiologique, autour de l’an mille, donnent un fondement scientifique à cette technologie. Son traité a été traduit en latin au xiie siècle, peu avant l’invention des lunettes de correction de la vue en Italie, sans que le lien entre les deux événements soit cependant clairement attesté. Avant d’être en verre, les « pierres de lecture » étaient réalisées en pierre semi-précieuse (lentille surfacée de béryl) ou en cristal de roche, la technique de fabrication du verre produisant encore trop de bulles et d’impuretés.

Le moine franciscain Roger Bacon s’appuie sur les travaux d’Alhazen pour expérimenter des « pierres de lecture » en verre : dans son Opus Majus de 1268, il apporte la preuve scientifique que le surfaçage particulier de verres lenticulaires permet d’agrandir les petites lettres. Son invention aurait été vulgarisée par les moines dominicains Allessandro della Spina et Giordano da Pisa (Jourdain de Pise) rencontrés lors de son séjour à Pise. C’est au xiiie siècle à Florence que le physicien Salvino degli Armati met au point une paire de verres enchâssés dans un cercle de bois, dont l’épaisseur et la courbure permettent de grossir les objets et les textes. La lunetterie et l’ophtalmologie se développent dès lors en Italie. Les premières besicles, lunettes sans branches et qui se fixent sur le nez, apparaissent à Venise à la fin du xiiie siècle.Ces lourdes « besicles clouantes », principalement utilisées par les moines copistes, permettent ainsi la vision binoculaire mais n’améliorent que la presbytie. L’invention de l’imprimerie accroît la demande en lunettes. Elles seront munies, dans les siècles suivants, d’un ruban noué derrière le crâne ou d’une ficelle autour de l’oreille pour assurer un meilleur maintien.

Les verres concaves apparaissent pour les myopes à Florence vers 1440. Ils sont mentionnés pour la première fois le 25 août 1451 dans une lettre datée de Ferrare et adressée à Cosme de Médicis, et leur première description se trouve dans le De Beryllo de Nicolas de Cues, paru en 1458.

En 1728, l’opticien anglais Edward Scarlett crée les premières montures avec de courtes branches. En 1752, l’opticien anglais James Ayscough crée les premières lunettes à verres teintés. Ce sont pour lui des lunettes correctrices et non des lunettes de soleil; ces lunettes dont les branches passent par-dessus les oreilles sont appelées « lunettes à oreilles »

Au milieu des années 1950, le design fait son apparition dans le domaine de la lunetterie, qui fait alors appel aux plastiques dont le moulage et les propriétés se prêtent à l’inventivité des créateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici